fbpx
Pourquoi le maïs brésilien est le maillon faible du marché des grains ?

Pourquoi le maïs brésilien est le maillon faible du marché des grains ?

Depuis 20 ans, le commerce mondial des céréales a doublé, tiré par la demande alimentaire et animale, mais surtout poussé par l’émergence de nouvelles puissances agricoles.

Le Brésil y joue un grand rôle. Connu pour sa place de n°1 dans le sucre mondial et désormais dans le soja, la réputation de ce grand exportateur est plus discrète sur le marché du maïs. Et pourtant, le pays se hisse désormais à la deuxième place derrière les Etats-Unis sur le podium des grands exportateurs de maïs. On doit au maïs brésilien près du tiers de l’augmentation des échanges de maïs dans le monde depuis 10 ans.

Un climat tropical majoritaire qui permet deux cultures par an, voici la force de l’Agriculture brésilienne. Mais c’est aussi une faiblesse pour le maïs, cultivé en dérobé. Ses rendements sont très hétérogènes et les exportations du Brésil sont irrégulières, de quoi inquiéter le marché mondial, surtout lors d’années tendues.

Quand la petite récolte devient la plus grande !

Le maïs est une culture historique du Brésil, bien plus ancienne que le soja. Dans les années 70, il s’en cultivait déjà 10 Mha. Et jusqu’à la fin des années 90, la sole de maïs Brésilienne était supérieure à la sole de soja.

Semée au printemps (octobre-novembre pour le Brésil) et récolte en fin d’été (février-mars), cette récolte traditionnelle est appelée la Safra en Portugais. Elle est destinée à l’alimentation animale.

Tout a changé depuis 20 ans et l’explosion de la culture du soja. La zone de culture brésilienne s’est étendue de plus en plus vers le centre du pays dans la savane tropicale. Etat Pionnier en lisière de la forêt amazonienne, le Mato-Grosso est devenu l’eldorado du soja.

Mais pas seulement : des terres toutes neuves, un climat tropical, un équipement agricole déjà présent pour le soja. Les ingrédients sont réunis pour booster la pratique de la Safrinha.

Cette deuxième récolte de maïs dans l’année, cultivée en dérobée est appelée « petite récolte » en Portugais. Confidentielle jusqu’en 2000, la Safrinha connaît depuis 20 ans une croissance exponentielle dans le sillage de la mise en culture des terres pour le soja. Au point qu’aujourd’hui la deuxième récolte de maïs brésilienne représente plus de 70% de la production de maïs du pays.

production de maïs au brésil

Une culture à fort risque climatique

double récolte

Semée directement au lendemain de la moisson du soja entre fin janvier et début mars, la Safrinha de maïs se récolte entre fin juin et début août.

Mais faire pousser cette culture à contre-saison et en moins de 5 mois est un réel challenge.

Au Mato-Grosso, c’est la saison sèche qui pose problème. Passé début mai, il ne pleut plus pendant 4 mois. Autant dire que les maïs ont intérêt à avoir passé leur phase de floraison et de fécondation avant cette date. Sinon c’est une lourde perte de rendement assuré. D’où cette course contre la montre pour semer le plus tôt possible.

Plus au sud, dans le Mato-Grosso Do Sul et au Parana, c’est le gel le souci. Les températures négatives peuvent arriver dès le 10 juin ; Sur des maïs immatures, la sentence est bien souvent irrévocable.

Le risque lié au sec ou au froid dans ces 3 états qui concentrent 75% de la production conduit à de fortes amplitudes de rendements. Parmi tous les grands exportateurs (USA, Brésil, Ukraine, Argentine), c’est bien au Brésil que le maïs connaît les plus fortes amplitudes de rendement.

Aux Etats-Unis, -5 à -10% de rendement par rapport à la tendance et l’on parle déjà d’une très mauvaise récolte. Au Brésil les mauvaises années pour la Safrinha accusent des pertes de -20 à -40% du rendement tendanciel.

la safrinha de maïs est une culture à haut risque climatique

Un marché mondial très dépendant de la Safrinha

Les exportations de maïs au Brésil ne concernent que 40 à 45% de la deuxième récolte. Le reste ainsi que la première récolte sont consommés sur le marché domestique. Voilà pourquoi le Brésil n’est présent sur le marché mondial qu’à partir de juillet et en disparaît dès février.

De juillet à octobre, le marché mondial du maïs est d’ailleurs très majoritairement alimenté par le Brésil. Cela tombe bien en relai des Etats-Unis et de l’Ukraine qui arrivent en fin de campagne.

Mais quid des années où le rendement de la Safrinha décroche ?

C’est arrivé 2 fois sur les 8 dernières années.

En 2018, la Safrinha perd 17% de rendement. Les exportations de maïs brésiliennes chutent de 7,5 Mt.

En 2016, la Safrinha perd 35% de rendement. Les exportations de maïs brésiliennes chutent de 20,5 Mt.

Jusqu’alors, et à chaque fois, les Etats-Unis ont répondu présents en puisant dans leurs stocks de maïs pour alimenter davantage le marché mondial.

Mais les choses ont changé. Les stocks américains sont de plus en plus tendus. Le marché mondial n’a plus aucune marge de manœuvre.

Voilà pourquoi les regards sont braqués sur le Brésil de mai à juillet.

exportations de maïs au Brésil (Mt) entre 2012 et 2020

Vous avez des questions sur votre situation ? Echangez avec l’équipe Captain Farmer dès maintenant ! Prenez rendez-vous directement ici : https://meetings.hubspot.com/pierre74

bouton_livreblanc
Je partage cet article :
Pourquoi utiliser l’analyse graphique pour vendre son blé au bon moment ?

Pourquoi utiliser l’analyse graphique pour vendre son blé au bon moment ?

Vendre au bon moment c’est savoir profiter de prix favorables pour couvrir ses coûts de production et dégager une marge satisfaisante. Mais c’est aussi savoir attendre parfois de longues semaines ou de longs mois sans rien faire. Ou à l’inverse saisir très rapidement la furtive opportunité qui se présente.

Pratiquer cet art est difficile car la certitude n’existe pas sur le marché.

Pour leur commercialisation, beaucoup y vont donc par tâtonnement. Espérant faire plus souvent «  de bons coups » que de « mauvais coups ». Glânant ici ou là quelques informations de marché gratuites. Suivant les cours du matif. Vendant un peu avant, pendant et après la récolte.

Mais pourtant ne dit-on pas que gérer c’est prévoir ? Avoir un scénario de marché en tête, des objectifs de prix, des éléments à surveiller, des dates clefs à observer. Tout cela est tellement plus confortable …

Encore une fois, les boules de cristal n’existent pas et les plus hauts du marché des céréales on ne les connaît qu’après. Mais éclaircir un peu sa route est toujours moins dangereux que d’avancer tête baissée dans le brouillard !

Court ou long terme ? A chaque période son analyse !

L’analyse fondamentale pour déterminer la direction à long-terme

L’analyse fondamentale, qui étudie tous les paramètres de l’offre et de la demande sert à déterminer si le marché doit monter ou baisser pour s’équilibrer.

Quand l’offre est supérieure à la demande : Les prix vont baisser pour stimuler davantage de demande, inciter les producteurs à stocker à désintensifier leurs productions ou à réduire leurs emblavements futurs.

Quand l’offre est inférieure à la demande : les prix vont monter pour réduire la demande, inciter les producteurs à déstocker à intensifier leurs productions ou à maximiser leurs emblavements futurs.

Certes les problèmes climatiques peuvent être brutaux et faire rapidement chuter l’offre prévisionnelle de l’année. Mais à l’inverse on n’augmente pas du jour au lendemain les assolements et les rendements. Quant à la demande elle a beaucoup plus d’inertie. On ne réduit pas ou ne stimule pas du jour au lendemain la consommation des élevages, des populations ou des programmes de biocarburants.

Voilà pourquoi, à l’exception des accidents climatiques, l’analyse fondamentale est plutôt à prendre en compte à moyen et long-terme, à 3, 6 ou 12 mois.

L’analyse graphique pour capter la psychologie du moment

L’analyse fondamentale apporte des arguments sur le niveau de prix à atteindre par le marché, qu’ils soient élevés ou pas. Elle nous donne peu d’indication sur l’itinéraire que va emprunter le marché pour atteindre cet objectif. Ce chemin sera le fruit de l’opposition entre les acheteurs et les vendeurs. Et là tout est question de psychologie.

Suivre et anticiper le marché nécessite d’en capter l’ambiance. Quel est la psychologie du moment ? 

Optimisme, Confiance, Euphorie, hésitation, craintes, peur, panique ?

Mettre des mots sur la situation des marchés. C’est ce que permet l’analyse graphique. Elle va pouvoir donner des indications et des repères à long terme mais c’est bien sur le court-terme qu’elle sera la plus pertinente et complètera parfaitement l’analyse fondamentale.

Car quand les prix sont déjà très chers et conforme à l’analyse fondamentale des mois passés : Comment détecter la fin de la hausse ? comment détecter le plafonnement du marché, son retournement baissier voir son effondrement ?

A l’inverse quand les prix sont déjà très bas et conforme à l’analyse fondamentale des mois passés : Comment détecter la fin de la baisse ? comment détecter la stabilisation du marché, son retournement haussier voir son rebond 

Pourquoi l’analyse graphique ?

Pour suivre les marchés financiers :

L’analyse graphique se base sur la visualisation des cours. Il faut d’ailleurs qu’un grand nombre d’opérateurs l’utilise pour qu’elle fonctionne. Agissant en quelque sorte comme de l’auto-réalisation : C’est parce que tout le monde suit et réagit au même graphique que cela fonctionne.

Voilà pourquoi l’analyse sera surtout pertinente sur les marchés financiers transparents et liquides. Sur le marché des grains on va l’utiliser sur le matif ou sur les contrats nord-américains du CME (ex CBOT) à Chicago ou de l’ICE à Winnipeg.

Pour détecter les tendances

Le postulat de base est que la courbe sur le graphique est la trace laissée par le rapport de force entre les acheteurs et les vendeurs.

Lorsque le camp des acheteurs domine une tendance haussière émerge. Lorsque le camp des vendeurs domine, c’est une tendance baissière qui est observée .

Parfois le rapport de force est erratique et c’est l’indécision qui domine.

Le but de l’analyse graphique est d’identifier les moments où le marché évolue en tendance. De l’émergence jusqu’à l’épuisement du mouvement.

Le plus important étant d’identifier les changements de tendance. Ce serait dommage de capituler et vendre la veille d’un retournement haussier. Comme il serait dommage de ne pas vendre sur une très grosse cassure de tendance haussière.

Pour détecter les bons points de vente

Autre postulat de l’analyse graphique : le marché a une mémoire et les investisseurs ont des modèles de comportement connus.
Il existe des niveaux de prix importants qui ont par le passé généré d’importantes batailles entre acheteurs et vendeurs. Le marché s’en souvient.

Ces niveaux agissent tels des plafonds ou des plancher pour les cours. Les fameux supports et résistances. Les détecter est indispensable pour bien place ses ordres de vente.

Lorsque l’on est sur un niveau plancher, autant attendre un retour sur le plafond avant de vendre. A l’inverse, si ce plancher cède, c’est peut-être le moment de vendre.

Conclusion : exemple du blé Euronext Mai 2021

Vendre au bon moment ce n’est pas tout vendre d’un coup. C’est fractionner ses ventes tout au long de la campagne et faire de la gestion du risque. Encore faut-il vendre plus souvent sur les pics que dans creux pour obtenir une bonne moyenne de vente. Tel est l’objectif que permettra d’atteindre l’analyse graphique. Voici un exemple sur le blé Euronext récolte 2020 :

Dans un prochain article nous rentrerons dans le détail de ces tendances, des bougies, des figures et de tous les outils nécessaires à l’analyse graphique.

Vous avez des questions sur votre situation ? Echangez avec l’équipe Captain Farmer dès maintenant ! Prenez rendez-vous directement ici : https://meetings.hubspot.com/pierre74

bouton_livreblanc
Je partage cet article :
Tout savoir sur la base en 10 questions !

Tout savoir sur la base en 10 questions !

1. La base qu’est-ce que c’est ?

La base est l’écart constaté entre le prix auquel je suis payé en tant que producteur et la cotation du marché à terme Euronext (MATIF).
Exemple : Si je peux vendre aujourd’hui 100 t de blé livraison décembre 2020 à 193 €/t départ ferme et que l’échéance Euronext Décembre 2020 cote 210 €/t, j’ai une base de 193-210 = -17 €/t

On parle aussi de prime, ce qui est la même chose que la base.

2. La base est-elle positive ou négative ?

Les lieux de cotation des contrats à terme étant généralement des débouchés portuaires, la cotation y est supérieure à mon prix départ ferme, ne serait-ce que pour une question de coût de transport, donc la base est pour moi, généralement négative.

Mais elle peut aussi être positive lorsque ma marchandise est d’une meilleure qualité que celle cotée sur le marché à terme. C’est par exemple le cas avec un blé de force valant : blé tendre standard +30 €/t de prime qualité, ou ce sera le cas d’un colza à 43 % d’huile qui, lorsque le marché est à 400 €/t base 40% d’huile, dispose de 18 €/t de prime d’huile.

3. Ma base s’est dégradée, c’est donc que mon collecteur prend davantage de marge ?

Par facilité, beaucoup assimilent la base aux coûts de transport qui me séparent du lieu de cotation Euronext et à la marge de ma coopérative ou de mon négociant. Mais le raccourci est un peu trop rapide, car en réalité mon blé ne va pas forcément à Rouen, ni mon colza sur la Moselle (points de livraison Euronext).

Ma production est mise en marché par mon collecteur sur le meilleur débouché possible à tout moment. Lorsque la base se dégrade, ce n’est pas mon collecteur qui prend plus de marge mais tout simplement le marché local qui se dégrade par rapport à la cotation Euronext.

4. Quelle interprétation faire d’une base qui se dégrade ou qui s’améliore ? 

Lorsque ma base se dégrade, c’est le signe d’un marché physique local en perte de vitesse par rapport au marché à terme. On est dans un flux poussé. Cela veut dire que le marché est bien pourvu et ne veut pas de ma marchandise que je lui propose.

Lorsque ma base s’améliore c’est le signe d’un marché physique qui se tend davantage que le marché à terme. On est dans un flux tiré. Cela veut dire que le marché est en demande et a besoin de ma marchandise qu’il appelle.

5. Si la base n’est pas bonne, faut-il attendre avant de vendre sa marchandise ?

Non pas forcément. Mieux vaut vendre du blé avec un matif à 210 €/t et une base à -30 €/t (210-30 = 180 €/t) que de vendre du blé avec un matif à 190 €/T et une base à -15 €/t (190-15=175 €/t)

6. Comment puis-je suivre ma base ?

Il n’y a pas de marché de la base. Pour la suivre, il faut se renseigner sur les offres de prix physique et calculer sa base par rapport au prix Euronext. En faisant cet exercice régulièrement et au fur et à mesure des campagnes, on se rend compte de ce qu’est une base moyenne, dégradée ou bonne.

Attention, pour faire le calcul, il faut prendre une échéance qui correspond à la période de livraison.

7. Pourquoi tous les OS n’ont pas la même base à tout moment ?

Pour juger, il faut pouvoir comparer ce qui est comparable. Beaucoup de questions sont donc à se poser pour comparer deux offres commerciales et donc deux bases : Est-ce une livraison moisson ou une livraison après moisson ? Quel est le délai de paiement ? Quelle qualité de marchandise ? Quel barème de réfaction ? Quelle sécurité de paiement ? Est-ce du départ ferme ou du rendu silo ?

Toutes choses égales par ailleurs, une différence de base peut s’expliquer par une différence de débouché. Un collecteur peut à un moment donné, avoir profité d’un marché plus porteur qu’un autre et vice-versa. Certains collecteurs peuvent avoir par exemple des contrats en filière mieux valorisés. 

8. Quel est l’intérêt de fixer sa base à l’avance ?

Lorsque l’on a bien compris que le prix final était composé de la cotation Euronext et de la base, on peut séparer la fixation de ces deux paramètres.

Le même jour, le prix Euronext est bas à 160 €/t et ne me satisfait pas. Je ne le fixe pas.  A contrario je peux fixer à l’avance une base de -15 €/t contre -20 €/t habituellement. Cela me satisfait, je la fixe. Ainsi, mon prix final qui n’est pas fixé sera de Euronext -15 €/t contre une moyenne habituelle à Euronext -20 €/t.

J’ai profité d’un marché porteur à un moment donné pour sécuriser mon débouché, sans avoir fixé mon prix final. Attention, dans ce cas, je reste exposé à une baisse de prix sur le marché à terme.

Pour en savoir plus sur comment choisir mon mode de commercialisation cliquez ici.

9. Comment optimiser la gestion de la base avec les options ?

Une base favorable, signe d’un marché qui tire, m’incitera à vendre ma marchandise physique et à acheter un call pour continuer à profiter de la hausse. L’amélioration de la base financera d’ailleurs une partie de ce call.

Une base défavorable, signe d’un marché lourd et sans demande, m’incitera à ne pas vendre ma marchandise physique et à acheter un put pour me protéger d’une chute des cours. Si le marché se réveille un jour,  je pourrai en profiter tant sur la base que sur la cotation Euronext.

10. Peut-on parler de base en orge fourragère ?

Il n’existe pas de contrat à terme sur l’orge fourragère à ce jour. Mais beaucoup de transactions d’orges fourragères se font « en indexé » sur le contrat blé meunier d’Euronext. Donc oui, on peut parler de base en orge fourragère. Simplement, comme orge et blé ne sont pas les mêmes produits, cette base fluctue très fortement.

Ainsi, l’orge fourragère rendu Rouen entre 2017 et 2020 a fluctué entre -40 €/t et +10 €/t par rapport au blé Euronext avec une moyenne de -10 €/t.

Vous avez des questions sur votre situation ? Echangez avec l’équipe Captain Farmer dès maintenant ! Prenez rendez-vous directement ici : https://meetings.hubspot.com/pierre74

bouton pour tester l'appli
Je partage cet article :
Quelle méthode de commercialisation choisir pour mes céréales ?

Quelle méthode de commercialisation choisir pour mes céréales ?

Semis direct, TCS, conventionnel… Pour cultiver du blé, du maïs ou du colza, plusieurs techniques agricoles existent. Pour vendre, c’est la même chose ! Plusieurs méthodes de commercialisation des céréales peuvent être utilisées. Ces outils qui se développent et se démocratisent depuis plus de 10 ans sont nombreux, à tel point que l’on peut s’y perdre… Surtout dès lors que l’on aborde tout ce qui touche aux marchés à terme et aux options. En réalité, chacun a son intérêt.

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise méthode pour vendre ses céréales. Chacune répond à des besoins particuliers. Dites-moi ce que vous recherchez et je vous dirai quelle solution retenir.

Prix de marché ou prix de campagne ? Un choix d’entreprise !

Le prix de campagne pour déléguer ma commercialisation de céréales

Suis-je vraiment obligé d’avoir mon matériel, les connaissances techniques et le temps disponible pour produire ma récolte de céréales ? Ou est-ce que je peux déléguer tout cela ? A chacun de répondre à ce choix stratégique et structurel.

Il s’agit du même questionnement pour mes ventes.

Oui, cette activité peut être déléguée: c’est ce que proposent la plupart des collecteurs. Cela existe depuis l’avènement des coopératives dans les années 30 et c’est ce que l’on appelle la vente à prix de campagne ou prix d’acompte + complément.

Je délègue ma commercialisation de céréales à des professionnels.

Les avantages sont clairs : je gagne du temps, je n’ai plus besoin de suivre le marché ni de prendre de décisions. Le principal inconvénient est que mon prix final est connu tardivement. Il faut également accepter de perdre la maîtrise de ses ventes.

Assumer avec le prix de marché

Si:

  • J’adore suivre ce qu’il se passe sur les marchés et j’ai du temps à y consacrer.
  • Je trouve que prendre mes propres décisions de vente est un acte légitime et indissociable de mon métier de chef d’entreprise.
  • Je sais suivre et gérer mes prises de risque.
  • Je sais me décider et j’assume mes décisions.

Alors je vais moi-même m’occuper de mes ventes et choisir le « prix de marché ».

Le tout est de se sentir à l’aise et d’être serein dans le système que l’on a choisi.

Prix ferme ou marché à terme ? Une solution simple à l’issue définitive ? Ou une solution plus élaborée pour davantage de possibilités ?

C’est acquis, je souhaite m’occuper de mes propres ventes !  Deux grandes solutions s’offrent à moi :

La plus simple et la plus directe est de fixer mes ventes de manière définitive. Le prix proposé me satisfait ? Je vends ! Je signe un contrat de vente à prix ferme avec mon collecteur. Comme son nom l’indique, ce prix est définitif.

L’avantage est que si les cours se replient par la suite, j’ai sécurisé un bon prix. L’inconvénient est que si les cours progressent plus tard dans la campagne, je peux avoir le regret d’avoir vendu trop tôt. Attention également au risque de s’engager sur une qualité et quantité données de marchandise avant la récolte !

Je peux aussi choisir de ne pas fixer mon prix de manière définitive. Je vais alors me tourner vers les outils du marché à terme. J’y trouverai des solutions plus élaborées demandant probablement plus de technique et de suivi mais m’offrant davantage de possibilités pour réussir ma commercialisation de céréales.

M’assurer d’un prix minimum tout en continuant à profiter de la hausse ? Suis-je prêt à dépenser de l’argent pour cela ?

Pour ne pas perdre ma récolte avant la moisson, j’ai l’habitude de m’assurer contre les chutes de grêle. Alors pourquoi ne pas faire la même chose et m’assurer contre les chutes de prix ?

Afin de m’assurer d’un prix minimum garanti et bâtir une stratégie de commercialisation non risquée, il faudra investir un peu d’argent dans la prime d’assurance : les fameuses options nommées « calls » et « puts ».

En revanche, si je ne veux rien dépenser, d’autres solutions s’offrent à moi avec les contrats à terme ou les « lots matif ».

Call ou put ? Avant tout une question de logistique !

C’est décidé. J’accepte de dépenser un peu d’argent pour m’assurer d’un prix minimum. Après tout, quand on voit les risques engendrés par la volatilité des prix, souscrire une prime d’assurance pour quelques euros/tonne semble une mesure de prudence et de sécurité.

Reste à savoir que faire précisément désormais pour atteindre ce but. Là aussi, tout dépend de ma propre situation.

Le call pour les besoins de cash et le dégagement

J’ai besoin de trésorerie, je ne peux ou veux pas stocker ma production, ou tout simplement les prix physiques proposés sont compétitifs par rapport à la cotation de référence du marché à terme. Je réalise donc une vente couplée à un achat de call.

L’avantage est que si les prix baissent, la marchandise est vendue et mon revenu protégé. Je ne paie que la prime de mon option. Au contraire, si les prix montent, je peux exercer mon call et bénéficier de la hausse pour améliorer mon prix initial.

L’inconvénient reste qu’il faut débourser une prime pour acheter le call.

Le put pour assurer une marchandise en stock

Si au contraire je n’ai pas besoin de trésorerie, je peux ou veux stocker ma production, ou bien les prix physiques proposés ne sont pas compétitifs par rapport à la cotation de référence du marché à terme, alors je ne vends pas ma marchandise et j’achète un put.

Le principal avantage de cette stratégie est que le put me protège de la baisse des prix observée sur le marché terme. L’autre avantage est de pouvoir se protéger sans engager de marchandise physique notamment sur la période d’avant récolte où l’inconnue qualitative et quantitative est grande.

L’inconvénient reste qu’il faut débourser une prime pour acheter le put.

Consultez notre explication détaillée sur le fonctionnement des puts et des calls dans notre guide « Comment réussir sa commercialisation en 10 étapes » (partie 7 : Connaître les options)

Les contrats à terme : pour élargir son pannel de stratégies de commercialisation.

Si je n’adhère pas à l’idée de dépenser un peu d’argent pour m’assurer d’un prix minimum garanti, je peux recourir aux autres solutions du marché à terme me permettant de fixer des prix sur mes céréales. Je vais alors pouvoir travailler sur les deux tableaux : à la fois les prix du marché à terme ainsi que mes prix physiques locaux. La différence entre ces deux prix est la base.

Fixer sa base sans fixer le prix final : pour profiter de la bonne tenue du marché local

Si l’écart de prix (« base ») constaté entre la cotation du marché à terme et le prix local est sur un niveau intéressant et me convient, alors autant le fixer avant qu’il ne se dégrade.

Cette solution s’appelle le contrat indexé marchés à terme ou indexé matif. Grâce à ce contrat, mon prix est fixé en deux temps :

  • D’abord, je bloque la base.
  • Ensuite, je fixe le prix sur le marché à terme Euronext (matif)

L’avantage est que je bloque la base à travers cette indexation. Je ne crains donc plus une dégradation de mon marché local.

L’inconvénient, c’est que mon risque de prix perdure tout le temps que je n’ai pas finalisé mon contrat en fixant également le prix « matif ».

Fixer le prix matif seulement : pour profiter de la bonne tenue du marché à terme

Si l’écart de prix (la « base ») constaté entre la cotation du marché à terme et le prix local est sur un niveau dégradé par rapport à l’historique et ne me convient pas, peut-être que la cotation du marché à terme, elle, me plaît.

Je peux alors me contenter de fixer ce prix marché à terme sans bloquer la base. C’est la vente de contrats à terme que l’on appelle encore des « lots matif ». Je suis donc dans le principe de couverture.

L’avantage est que je fixe et sécurise un certain prix sur le marché à terme. Je ne crains donc plus une dégradation des cours.

L’inconvénient est que la base n’est pas fixée et que le risque de subir une dégradation de mon marché local persiste.

Ne rien faire et attendre un meilleur prix : la solution la plus risquée !

J’arrive au bout de mes choix et rien ne me convient : ni le prix du marché à terme, ni la base. Par conséquent, je peux attendre de meilleurs niveaux, je poursuis ma spéculation et ma prise de risque. Ne rien faire est une solution après tout. Il faut juste avoir conscience du risque qui est pris.

L’avantage est de profiter de hausses. L’inconvénient est de souffrir des baisses.

Conclusion : à chaque objectif sa méthode

Difficile de dire si telle ou telle méthode de commercialisation des céréales est meilleure qu’une autre. Tout dépend de vos objectifs. Aujourd’hui, le champ des possibilités est très large. Autant en avoir connaissance pour choisir ce qu’il vous convient le mieux. Utiliser différentes stratégies, c’est aussi une démarche de bonne gestion : les avantages des unes compensant bien souvent l’inconvénient des autres.

Tableau de synthèse

MéthodePrincipal objectifPrincipal avantagePrincipal inconvénient
Prix de campagneDéléguer ma commercialisation de céréalesJe gagne du temps, je n’ai plus besoin de suivre le marché ni de prendre de décisionsMon prix final de vente est connu tardivement et il faut accepter de perdre la maîtrise de ses ventes
Prix fermeFixer mes ventes de manière définitiveSi les cours se replient par la suite j’ai sécurisé un bon prixJe peux avoir le regret d’avoir vendu trop tôt. Attention également au risque de s’engager sur une qualité et une quantité données de marchandise avant récolte
Vente de lots Euronext (matif)Fixer un prix intéressant sur le marché à termePermet de profiter d’un prix intéressant sur le marché à terme même si mon marché local n’est pas attractifLe risque de subir une dégradation de mon marché local persiste
Contrats indexés Euronext (matif)Profiter d’un écart de prix (base) intéressant entre mon marché local et le marché à termeJe fixe ma base et ne crains plus de dégradation de mon marché localMon risque de prix perdure tout le temps que je n’ai pas finalisé mon contrat en fixant également le prix « matif »
Vente + achat de callProfiter d’une éventuelle hausse après avoir venduConstitution d’un prix minimum garanti apportant sécurité et exposition à la haussePrime à payer à l’achat du call
Pas de vente + achat de putProtéger la marchandise non vendue d’une baisseconstitution d’un prix minimum garanti apportant sécurité et exposition à la haussePrime à payer à l’achat du put
Ne rien faire dans l’espoir d’un meilleur prixAttente d’un meilleur prix globalJe profite de toutes les haussesJe prends le risque de souffrir de toutes les baisses
Captain Farmer

Je partage cet article :
Comment mon chiffre d’affaires a gagné 10 000 € en une seule journée?

Comment mon chiffre d’affaires a gagné 10 000 € en une seule journée?

Avez-vous déjà ressenti cette euphorie de voir les cours s’envoler? Comme çà. D’un coup. Là où l’on s’y attend le moins.

Je me souviens bien par exemple du 1er juillet 2015.

Coup de chaud sur la France. Trois jours à 38°c et les blés passent du vert au blanc. Les journaux télévisés s’en inquiètent. La panique s’installe dans le marché. Le blé décolle de 30 euros sur le matif en une semaine. Et les autres marchés lui emboîtent le pas. Oui j’ai eu très peur pour mes rendements. Et très chaud aussi… mais quelle satisfaction et quelle sensation de voir les cours flamber!

Je cultive 220 hectares en région Centre dont 100 de blé, 60 de colza, 35 d’escourgeon brassicole et 25 d’orge de printemps.

Sur cette seule journée du 1er juillet 2015 mon chiffre d’affaires potentiel a progressé de 10 200 €. Rendez-vous compte??? Pour la taille de mon exploitation c’est colossal !

Et puis, il y a les jours sombres…

Ces journées de déprime où l’on n’a pas envie de regarder son portable pour voir les cours chuter encore et encore Mais on le fait quand même. On ne sait jamais, des fois que ça rebondisse !

Le pire chez moi n’est pas vieux c’était le 17 mars 2020.

Le coronavirus est là. Ici et partout. Où va-t’on ? Personne ne le sait. Les marchés paniquent. Le pétrole dévisse en entraîne le colza. Le Matif perd 60 €/t en deux semaines.

En une seule journée mon chiffre d’affaires potentiel a perdu 6 250 € ! Une sacrée frayeur !

Comment je mesure tout cela ? Grâce au calculateur que m’a fourni Captain Farmer.

J’y rentre mon assolement, mes rendements moyens et ma base. Et le tour est joué. En un coup d’œil je retrouve l’historique de mon chiffre d’affaires potentiel chaque jour depuis mon installation en 2013.

J’aurais pu me contenter de mes résultats comptables. Après-tout. Mais je n’y vois que les résultats des ventes que j’ai faites. Ça ne me donne pas la mesure des opportunités manquées ou des risques évités.

Je sais désormais que depuis 2013 mon chiffre d’affaires potentiel connaît une amplitude moyenne de 60 544 € au sein de chaque campagne. C’est le double de mon résultat !

Et d’un jour à l’autre c’est 1314 € de variation ! C’est plus qu’un SMIC …

Vaincre la volatilité des cours c’est maintenant mon combat. Avoir les bonnes armes a un coût ! Mais j’en connais désormais l’enjeu.

Si je devais te donner un conseil, c’est de faire le test chez toi. Fais la simulation avec Captain Farmer et tu seras vite surpris !

Antoine – Agriculteur en région Centre

Je partage cet article :